hommage a C. Aznavour

  • Comme de nombreux artistes, Michel Sardou a rendu hommage à Charles Aznavour qui nous a quittés ce lundi 1er octobre à l'âge de 94 ans. S'il garde en mémoire de précieux souvenirs avec ce monument de la chanson française, le chanteur se souvient aussi de leur dernier duo sur scène. Un moment qui l'a marqué. « Je vis en scène, je suis heureux en scène et ça se voit. », déclarait encore Charles Aznavour ce vendredi 28 septembre dans l'émission C à vous. Peu importe son âge et les soucis de santé qu'il a pu rencontrer, il était hors de question pour le chanteur de faire ses adieux au public. Après avoir mis sa tournée entre parenthèses à la suite d'une chute, il était donc ravi de venir annoncer son grand retour et partager son incroyable philosophie de vie avec l'équipe d'Anne-Elisabeth Lemoine sur France 5. Mais celui qui confiait se voir toujours aussi fringuant et surtout en haut de l'affiche à 100 ans s'est éteint dans son sommeil dans la nuit de dimanche à lundi. La triste nouvelle annoncée sans plus de détails à l'AFP par ses attachées de presse, des artistes ont été appelés à s'exprimer sur la carrière de ce monstre de la chanson française. >>> Mort de Charles Aznavour : où sera enterré le chanteur ? Michel Leeb qui était encore au côté de Charles Aznavour à Mouriès ce dimanche 30 septembre a raconté, « bouleversé », les derniers instants de son ami. « On a passé plusieurs heures à rire de toutes sortes de choses avec des jeux de mots, des calembours, des blagues. C’était un moment inoubliable. […] Le dernier gros plan que j’ai de Charles qui sera définitivement inscrit dans ma mémoire, c’est un immense éclat de rire juste au moment où je le quitte hier soir. C’est quelque chose de très fort, d’intense… », a-t-il expliqué par téléphone à BFMTV. Contacté également par la chaîne, Michel Sardou qui le connaissait depuis « tout petit » a des millions de souvenirs avec l'artiste.

  • 50 ans carriere et la derniere
  • Chanteur populaire paris Match
  • Tes toi cantaloupe .
  • Une tournee de remerciements

Sardou et Emmanuel Macron

  • Michel Sardou au JDD : "Il faut que Macron obtienne une large majorité" 22h21 , le 3 juin 2017 Avant d'entamer son ultime tournée en France, Michel Sardou parle (un peu) politique pour le JDD. Le chanteur de droite a voté Emmanuel Macron à la présidentielle... et dit son admiration pour Brigitte Macron. Extraits. Michel Sardou a voté Emmanuel Macron à la présidentielle. Michel Sardou a voté Emmanuel Macron à la présidentielle. (Sipa) Partager sur : Comme nombre de Français, Michel Sardou déteste les politiques et adore la politique. "Je n'aime pas que les hommes politiques gèrent l'actualité des médias plutôt que les urgences du pays", dit au JDD celui qui va entamer son ultime tournée en France, à 70 ans, pour se consacrer au théâtre. Le chanteur réactionnaire n'a jamais eu aucune complaisance avec le Front national. Il a voté pour Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy avant de s'en séparer publiquement. Michel Sardou plaidait, dès 40 ans, pour une classe politique jeune, renouvelée, au-delà des clivages droite et gauche. Il a voté au second tour, à la présidentielle de 2017, pour Emmanuel Macron. "J'étais prêt à voter pour François Fillon car il représentait pour moi une sorte de Jacques Chirac moderne. Les affaires m'ont fait comprendre qu'il allait jeter la France contre la France", explique Sardou. "Je trouve Brigitte Macron belle" "J'ai voté pour Emmanuel Macron mais il faut qu'il obtienne une large majorité et qu'il ne soit pas un général qui ait gagné une bataille et perdu la guerre. Les Français veulent vivre bien. Ils ne souhaitent pas être des milliardaires. Seul Bernard Arnault a rêvé d'être Bernard Arnault", enchaîne-t-il. Michel Sardou s'est marié avec une femme de deux ans plus âgée que lui, et il admire Brigitte Macron. "Je n'attache aucune importance à l'âge de Brigitte Macron. Je la trouve belle. Si Emmanuel Macron se comporte comme François Hollande avec Valérie Trierweiler, et qu'il ne veut plus d'elle, je la prends tout de suite. Elle est intelligente, discrète, charmante. On sent qu'elle le tient serré." Marie-Laure Delorme

  • Bande annonce
  • Bélier sur vivement dimanche
  • En chantant
  • Je vais t'aimer
  • Je vole
  • La java de broadway
  • La maladie d'amour
  • Making off

les photos

Les années Sardou

Michel et Mireille Dumas 3-6

  • 12.05.2012 : Sardou en prime-time sur France 3 fin juin Fin juin sur France 3, en prime-time, un documentaire sera diffusé sur Michel Sardou dans une émission de Mireille Dumas. Michel Sardou a enregistré plus de 4h d'interview le 30 avril pour cette émission. L'émission retracera sa discographie, les différentes étapes de sa carrière... à partir d'images d'archives, de coupures de presse, de photos, de livres... L'émission est produite par la société MD PRODUCTIONS

  • Ms tegen uitzetten zigeuners

paroles et critiques

  • Engagé malgré lui, provocateur, immensément populaire, Michel Sardou, 65 ans, se raconte à Mireille Dumas, en donnant de la voix, ce qu’il sait très bien faire. Un document de première main. Il se fiche de la polémique comme de sa première chanson. Il reste fidèle à lui-même, mais il s’est assagi et avoue quelques erreurs. Michel Sardou s’est confié à Mireille Dumas dans un document exceptionnel. « Une confession, non une nécro vivante », sourit le chanteur, cheveux blancs et poches sous les yeux. Sardou et ses thèmes favoris : les femmes, l’amour, la société… il a toujours visé juste et fort, suscitant la controverse sans vraiment le vouloir mais sans jamais reculer. Il explose à l’été 1973 avec “La maladie d’amour” annoncé à la télé par Léon Zitrone. Filmé en face à face, il commente ses 50 ans de carrière mais aussi sa vie privée, ses deux mariages avant de trouver sa compagne idéale en la personne d’Anne-Marie Perier épousée en 1999 à la mairie de Neuilly devant un certain Nicolas Sarkozy. Auparavant, il a vécu. Ses amis témoignent en sa faveur, Garou qu’il inspire, Mireille Darc/Alain Delon auquel “Les Ricains”, une chanson provoc, était initialement destiné. Avec Jacques Revaux, son complice et compositeur, avec ses paroliers (Jean-Loup Dabadie, Pierre Delanoé, Vline Buggy), lui au piano, il socialise nos angoisses et libère le désir. « C’est notre grand chanteur sexuel. Il a provoqué les femmes avec chair et sensualité », estime un journaliste musical, J.P. Pasqualini. Nous sommes dans les années 70, sexualité rime avec liberté, Sardou la chante. “Et mourir de plaisir”, “Je vais t’aimer” sont dans cette veine. Guidé par son instinct, jouant d’une voix devenue arme de séduction massive, Sardou assume : macho, de droite, pro-américain, chauvin, mais aussi au diapason de ses fans qu’il empoigne par ses refrains. Et pourtant, les débuts furent laborieux. Honnête, il ne cache rien à son interlocutrice. Il se lance en 1966 avec un premier 45 tours, “Le Madras” écrit par ses copains, Fabrice Laffont et Michel Fugain qui, ensuite, prendront leur envol. Il se ramasse chez Barclay qui met fin à son contrat (quelle immense bourde !) et échoue devant le Top Jury où Jean Yanne le fusille. Il chante l’amour mais aussi la France, “J’habite en France” et puis “Le France” qui lui vaudra de se réconcilier avec la Gauche et les syndicats. Invité par Georges Marchais à un congrès du PCF et de la CGT, il débarque en Rolls que les camarades du parti garderont sans sourciller. il relativise la “sardouphobie” Arc-bouté sur sa nature, Michel Sardou décidément ne regrette rien de ses excès. Il ne recommencerait pas, point barre. Et pourtant, il fut cloué au pilori par les féministes pour “Les villes de solitude” ou “Femmes des années 80” (avant la version 2010). Il fut crucifié pour “Les Ricains”… “S’ils n’étaient pas là, nous serions tous en Germanie…” On l’insulte, on tire sur sa voiture à Besançon. On chahute ses concerts qu’on veut même empêcher de se tenir. Images de Forest National où un cordon de policiers bruxellois repousse les assauts de manifestants brandissant des “Heil Sardou”. Faut-il brûler Sardou ?, demande en une un hebdo français. Il est alors secouru par des “consciences” de gauche au nom de la liberté d’expression, Bedos, Montand, Reggiani. Sardou relativise. Il ne distille pas des messages : « C’est chiant ! ». Mais il prend bien la température et cisèle les mots justes. Il se lie longuement d’amitié avec Johnny : « Mais on ne se voit plus depuis une dizaine d’années. » La brouille semble digérée. Frondeur, controversé – « J’ai eu droit à tous les mots en iste : fasciste, raciste, machiste. On m’aime depuis 40 ans et on me déteste depuis 40 ans » – il se fait soudain affectueux à l’évocation de ses parents, Jackie et Fernand Sardou, issus d’une lignée d’artistes de cabaret. Sur sa mère envahissante qui le harangue « Souris, Michel, souris ! », il a brossé un sketch resté célèbre. Quant à son père, il l’a souvent invité sur scène avec lui pour fredonner de vieux airs flottant encore dans Marseille. Dans la foulée, il concède : « Je n’ai pas toujours le beau rôle ». Sur ses enfants, même scanner : « Je ne me mêlais pas de leur éducation ». Romain et Davy ne lui en tiennent pas rigueur, préférant l’admiration à l’acrimonie. Pas un mot en revanche sur sa fille, le sujet qui fâche. Sardou chante là où on ne l’attend pas. Au retour du Dakar, il balance “Musulmanes”. Par hasard, alors qu’il n’y croit guère, il inscrit à son répertoire “Les Lacs du Connemara” alors qu’il n’a jamais les pieds en Irlande. Succès fou, salles pleines, le chanteur des années 70 et 80 le jure en conclusion : il ne fera pas ses adieux ; il les a bouclés en chanson, “Salut, je suis venu vous dire salut…” de sa voix d’or qui a tant fait trembler la gent féminine. “Qui êtes-vous Michel Sardou ?”, lundi 10/9, 20h35, France 3. Partager par mail : ou imprimez-le : .

Show avec Bruel oct 2013

les pieds dans les oreilles

qui etes vous Michel Sardou .

video´s tournee 2017

André Hampartzoumian

Laurent Coppola

Jean Marie Negoziio

Delpine Elbé

pierre jean Scavino

jean marc Haroutiounian

Jean Philippe hahn

Pierre Billon

Jacques Veneruso

Lisa Spada

Sophie Gemin

la seine musicale exterieur

la seine musicale interieur

Angeline Annonier

universal musique France

le choix du fou

  • Le choix du fou marque le grand retour de Michel Sardou. Son dernier album enregistré en studio 'Etre une femme 2010' date de …2010! C’est un événement car ce sera le dernier album de la carrière de ce monstre sacré de la chanson française. Dernier album pour lequel Michel Sardou se fait, une fois encore, le témoin de son temps, en reprenant le thème du divorce avec 'Et alors', ou celui des métiers qui se perdent avec 'Le médecin de campagne'. Des thèmes inédits aussi, comme la chanson sur le Pape : 'San Lorenzo', l’écologie : 'La colline de la soif' et ses débuts au cinéma : 'Le figurant' où il apparaît quelques secondes à peine, dans le mythique 'Paris brûle-t-il' tourné en 1966 par René Clément. Pour la réalisation de ce disque, Michel Sardou s’est entouré de fidèles : Pierre Billon, Jean Mora, Thierry Blanchard. Sa tournée en France, Suisse et Belgique débutera le 30 Septembre prochain jusqu’ en Mars 2018. 'La dernière danse' de Michel Sardou, l’occasion de remercier le public de sa fidélité. Source : FNAC Le choix du fou Digipack - Michel Sardou - CD album - Achat & prix | fnac Livraison gratuite dès 20 € d'achat et des milliers de CD album. Tout sur Le choix du fou Digipack - Michel… MUSIQUE.FNAC.COM

  • Video le figurant

nouvel album octobre 2017

  • Après 50 ans de carrière, Michel Sardou prend sa retraite ! Mais avant de quitter le monde de la musique, le célèbre chanteur partira en tournée et sortira un ultime album en octobre 2017. C’est un petit séisme dans le monde de la variété française. Après plus de 50 ans passés sur le devant de la scène et des tubes à foison (Je vais t’aimer, La Maladie d’amour, Le France, La Java de Broadway, Je vole, En chantant, Être une femme, Les Lacs du Connemara, Je viens du sud, J’accuse...), Michel Sardou a décidé de mettre un terme à sa carrière. "J’arrête de chanter. Définitivement, annonce-t-il dans les colonnes du Parisien. Ma voix, avec l’âge, a descendu. Ce que j’ai gagné en grave, je l’ai perdu en aigu. Je veux me protéger et ne surtout pas faire l’album et la tournée de trop..." Mais tout n’est pas encore fini pour le septuagénaire. Outre une tournée d’adieux qui se prolongera jusqu’en 2018, un nouvel album doit sortir en octobre 2017. "Ma maison de disques a insisté pour le faire. Il sera très bien, prévient le chanteur au sujet de ce 26ème et dernier opus, sur lequel sera crédité son fidèle collaborateur, l’auteur-compositeur Pierre Billon. Je lui ai demandé de revenir car il me connaît mieux que personne. On commence à l’enregistrer cette semaine. Il nous manque trois chansons pour avoir un album solide. On va être surpris. Une chanson parle du pape François, une autre des figurants au cinéma." Retiré du monde de la musique, Michel Sardou restera cependant actif sur les planches. "Au théâtre, je jouerai jusqu’au bout", promet ainsi celui qu’on a déjà pu voir aux côtés de Marie-Anne Chazel dans Représailles au Théâtre de la Michodière, à Paris. Ouf ! Pour découvrir les albums les plus attendus de 2017, cliquez ici ! Pour voir quels sont les albums les plus vendus en 2016, cliquez là ! Et pour être informé des dernières news musicales, suivez-nous sur Facebook !

  • Video 1
  • Video 2

lcharmes de Brigitte Macron

  • Michel Sardou sous le charme de Brigitte Macron Paris Match| Publié le 05/06/2017 à 19h09 |Mis à jour le 05/06/2017 à 19h14 La Rédaction Michel Sardou trouve que Brigitte Macron est "intelligente, discrète, charmante".Michel Sardou trouve que Brigitte Macron est "intelligente, discrète, charmante". COADIC GUIREC / BESTIMAGE et REUTERS/Benoit Tessier Dans les colonnes du «Journal du Dimanche», Michel Sardou dit son admiration pour Brigitte Macron qu'il trouve «belle», «intelligente», «discrète», «charmante». Michel Sardou en pince pour la Première dame et le crie haut et fort dans les colonnes du «JDD». Le chanteur, qui va bientôt fêter ses 50 ans de carrière, trouve que Brigitte Macron est «belle». «Si Emmanuel Macron se comporte comme François Hollande avec Valérie Trierweiler, et qu'il ne veut plus d'elle, je la prends tout de suite, annonce-t-il avec son franc-parler habituel. Elle est intelligente, discrète, charmante. On sent qu'elle le tient serré.» "Il faut qu'Emmanuel Macron obtienne une large majorité" L'artiste de droite chante aussi les louanges d’Emmanuel Macron, pour qui il a voté au second tour de la présidentielle, le 7 mai, alors que le leader d’En marche! était face à Marine Le Pen. «J'étais prêt à voter pour François Fillon car il représentait pour moi une sorte de Jacques Chirac moderne. Les affaires m'ont fait comprendre qu'il allait jeter la France contre la France», explique Michel Sardou, qui a fêté en début d'année ses 70 ans. «J'ai voté pour Emmanuel Macron mais il faut qu'il obtienne une large majorité et qu'il ne soit pas un général qui ait gagné une bataille et perdu la guerre», poursuit-il faisant référence aux élections législatives dont le premier tour se tient ce dimanche 11 juin.

  • Le francois Dolto chanson fran
  • Sardou et J. J. Bourdin
  • Sardou video 18-9-2015

paroles Le Figurant

  • Le figurant (2017) Paroles : Benoit Carré Musique : Pierre Billon / Jean Mora Durée : 3'50 Année : 2017 Paroles : Derrière Bébel, derrière Bourvil Dans les 4L, les Simca 1000 C'est moi Celui qui courait sur la plage Mais qu'ils ont coupé au montage C'est moi Devant Montand, devant Miou-Miou Juste devant mais très, très flou C'est moi Celui qui danse avec Marceau Pas le grand brun, le blond de dos C'est moi Le figurant Derrière Gabin, derrière Blier Tous les larbins qu'on a sonnés C'est moi Derrière Poiret, derrière Serrault Quand ils étaient troisième couteau C'est moi Après les gens de toute l'équipe Le grand absent du générique C'est moi C'est moi Le figurant Le figurant Celui qui rêve d'une réplique Comme d'autres rêvent de l'Amérique Celui qui prend la ligne 6 Tous les jours, entre 5 et 6 Celui qui rêve d'une réplique Comme d'autres rêvent de l'Amérique Celui qui passe à bicyclette Celui qui fume sa cigarette Derrière Lino, derrière Lindon Qui court après François Pignon C'est moi Derrière Stallone, derrière Bruce Lee L'équipe qui zone dans les tueries C'est moi Derrière Baloo, derrière Mowgli Le singe qui joue de la batterie C'est moi C'est moi Le figurant Le figurant Celui qui rêve d'une réplique Comme d'autres rêvent de l'Amérique Celui qui gèle pendant des heures En attendant qu'on dise : � Moteur ! � Celui qui regarde l'Atlantique Juste à la proue du Titanic Celui qui rêve de quelques lignes Même si elles doivent le rendre indigne C'est moi Le soldat inconnu qui tombe Quand Ryan passe entre les bombes C'est moi Celui qui dans Paris brûle-t-il ? Saute d'un camion et qu'on fusille C'est moi Le figurant

  • Bienvenue chez sardou
  • Encyclopedie Francaise/Sardou
  • La femme 2010 selon sardou
  • Voler duet met Celine Dion

les musiciens de Michel

interview Figaro

  • INTERVIEW - Alors que les billets pour sa prochaine tournée, «Les Grands Moments», sont en vente, l'un des chanteurs préférés des Français se confie au Figaro. Sur la table du salon, dans son appartement parisien, un journal de turfistes: sa lecture de prédilection avec les épigrammes de Diogène Laërce et les œuvres complètes de Cioran. Michel Sardou a l'air d'un gentleman farmer dans son canapé moelleux. Dans dix mois, il entamera au Havre, tout près de la maison normande où il élève ses chevaux, un nouveau tour de chant. Sur scène, il égrènera dans une nouvelle orchestration ses grands succès. LE FIGARO. - À quoi va ressembler votre tournée? Michel SARDOU. - Un jour, mon chef orchestre m'a dit: «Pourquoi ne ferais-tu pas une tournée avec tes grands succès?» J'étais réticent car je préfère aller de l'avant. En même temps, à la fin d'un concert, il y a toujours quelqu'un pour me demander: «Pourquoi n'avez-vous pas chanté Le France ou Les Vieux Mariés?» Pour les gens qui m'apprécient, ces chansons sont associées à des souvenirs personnels. Mais certaines ont mal vieilli musicalement. Tout en gardant leur âme, nous allons moderniser leur son. C'était la condition pour me lancer dans cette aventure un peu nostalgique. En près de cinquante ans de carrière, vous avez chanté de nombreux tubes. Lequel a le moins bien vieilli? Le Rire du sergent, peut-être. C'était un peu lourdingue! Je l'ai trop chantée. Mais, d'une manière générale, une chanson ne vieillit pas, c'est le son qui prend des rides. On vous renvoie souvent à vos textes engagés des années 1970… N'y aurait-il pas un malentendu? C'était une époque très manichéenne. Il fallait être de gauche ou de droite. Or, nous étions peu nombreux à occuper la rive droite. Le malentendu a commencé avec Les Ricains. Certains m'ont taxé de fasciste alors qu'il n'y avait pas de quoi mettre le feu aux poudres. Les Américains ont libéré la France, non? Le comble, c'est que cette chanson ne vous était pas destinée… Barclay m'avait demandé d'écrire des textes pour Alain Delon. J'adore Alain, c'est le parrain de mon fils, mais je ne l'ai jamais imaginé chantant. Avec Guy Magenta, nous avions imaginé Les Ricains. Je l'ai chantée au piano devant Alain. Cela ne lui convenait pas. Alors je me suis dit: «Pourquoi pas moi?» La société française n'est-elle pas devenue plus à droite que vous? Je ne me rends pas compte. Si mes chansons ont provoqué une montée de fièvre, j'en suis un peu responsable. J'avais vingt ans, il fallait bien me démarquer. Je disais ce que je pensais de façon un peu trop rapide. J'ai souvent été maladroit. J'aurais pu être plus nuancé dans ma manière de lancer mes phrases. Ce qui me choque, c'est que ça dure. Certaines personnes, minoritaires, continuent à me voir comme quelqu'un de sexiste, fasciste et colonisateur. Mon énorme maladresse a été le titre de ma chanson Je suis pour. Il ne reflète pas le texte, qui parle de la loi du talion. Si je l'avais intitulée Talion, il n'y aurait pas eu de scandale. S'il n'y avait que Je suis pour… Dans Les Villes de solitude, vous chantiez: «J'ai envie de violer des femmes»… Une belle profession de foi humaniste! Cette chanson raconte la montée de la colère d'un homme qui vit dans une cité violente, qui picole un peu et qui finit par se monter le citron. C'était prémonitoire de ce qui se passe aujourd'hui dans certains quartiers. En aucun cas il ne s'agit d'une apologie du viol. Le problème en France, c'est qu'on entend les chansons mais on ne les écoute pas. Du Temps des colonies à Je veux l'épouser pour un soir, certains morceaux ne risqueraient-ils pas d'être interdits d'antenne aujourd'hui? Je ne le pense pas. Même si les élites de ce pays ont atteint un niveau de politiquement correct effarant. Heureusement, les Français sont restés libres. Votre truc, c'est d'exprimer les mauvais sentiments, non? Coupez le chauffage et l'eau et vous verrez que l'instinct de survie reprend le dessus. Le vernis de la civilisation ne tiendra pas longtemps. Ce sera le Moyen Âge. J'appelle un chat un chat. Tout en faisant attention à la portée des mots. Je me suis calmé. Mon rôle n'est pas de blesser les gens, mais au contraire de leur faire plaisir. Aujourd'hui, je n'attaquerais plus frontalement une communauté comme je l'ai fait jadis. Vous dites souvent: «Je ne suis pas l'homme de mes chansons.» Vraiment? Quand je chante l'amour, on ne se demande pas si le texte est autobiographique. Alors qu'on m'identifie facilement à des paroles dérangeantes. En réalité, je joue un rôle, comme un comique ou un acteur. À aucun moment je ne pense à moi sur scène ou en studio. Chaque chanson est une petite fiction. Ne sommes-nous pas condamnés à être ce que les autres pensent de nous? Probablement. Sur scène, les gens m'aiment en homme dur et fort, maître de la situation. Alors qu'au théâtre, ils ne m'apprécient que battu ou cocu. Si j'en prends plein la gueule, le public se marre. Au cinéma, j'ai joué un flic avec un flingue: personne ne m'a cru. Résultat: j'ai fait douze entrées! On vous a surnommé «la grande gueule de la majorité silencieuse». Qu'est-ce qui vous met en colère aujourd'hui? J'ai l'impression que nous autres Français ne savons plus très bien où nous sommes. C'est quoi la France? C'est qui? Vous considérez-vous comme un réactionnaire? Oui, au sens où l'entend Ivan Rioufol dans son livre De l'urgence d'être réac. Je suis en train de le lire, cela me met en joie. Je n'aime pas ce qui est tiède et lisse, pavé de bons sentiments. Mais si par réactionnaire on entend «gros con de conservateur», je récuse cette étiquette. L'atmosphère est très nostalgique. Les chanteurs français donnent l'impression de regarder dans le rétroviseur. Cela doit vous rajeunir, non? Les nouvelles stars sont formatées par les maisons de disques. Hier, la difficulté consistait à mettre un visage sur un succès, maintenant c'est de savoir qui chante le succès. Personne ne trouve grâce à vos yeux dans la nouvelle génération? Nolwenn me paraît originale. Il faut être gonflé pour chanter dans une langue régionale, le breton, et faire un triomphe dans les Pyrénées-Orientales. Toutes les grandes vedettes de la chanson française sont des gens à contre-courant. D'Aznavour, on disait qu'il n'avait ni la voix ni le métier pour faire ce métier. Julien Clerc et moi nous sommes imposés en pleine fascination américaine. Frank Alamo était surnommé le «Sinatra français»! Quel est le chanteur français le plus sous-évalué? Bécaud. Il avait vingt ans d'avance. Nathalie, c'est un chef-d'œuvre. Savez-vous quand vous annoncerez la fin de votre carrière? Quand on se fixe des dates, on les regrette aussitôt.

  • Michel in vliegtuig
  • Nieuw vliegtuig voor Michel

La legende de Michel Sardou

le grand retour de M.Sardou

  • Le grand retour de Michel Sardou(12/05/2010) © Reporters À 63 ans, il sort fin août un nouvel album, Être une femme 2010 , et sera en concert à Forest National en mars 2011 MusicLive: le blog musique de la DH BRUXELLES C’est bien connu, il ne faut jamais dire jamais. Surtout dans le monde de la chanson. En 2007, lorsque Michel Sardou entame sa précédente tournée, il annonce que celle-ci sera la dernière. “C’est marrant comme personne ne me croit ”, avait-il lancé à l’époque. “Et pourtant, c’est vrai. Cela fait 40 ans que je suis sur la route et j’ai plein d’autres projets. Je continuerai de chanter, d’enregistrer des disques, de faire de la scène. Mais les grandes tournées qu’organise Monsieur Camus pour s’enrichir horriblement, c’est fini !” Pour le coup, on avait justement bien fait de ne pas le croire. Car, le 13 janvier prochain, il entamera une nouvelle tournée marathon digne des précédentes, qui débutera par 19 dates à l’Olympia et passera ensuite notamment par Forest National le 17 mars 2011 ! Avant cela, il aura bien sûr d’abord sorti un nouvel album, attendu pour le 30 août. Son titre : Être une femme 2010 . Une référence à l’un de ses plus grands succès… qu’il reprend à la sauce 2010. “Je pense que c’est le plus bel album que j’ai fait.” explique le chanteur en toute modestie. “J’y fait notamment une reprise de Femmes des années 80 mais en voyant ce que les femmes sont devenes : ont-elles gagné ou perdu ?” La chanson Femmes des années 80 a en fait été remixée par le DJ français Laurent Wolf sur un nouveau texte. Ce qui nous donne des paroles du genre : “Depuis les années 80, les femmes sont des hommes à temps plein, finies les revendications, ce qu’elles ont voulu maintenant elles l’ont” ou encore “Quant à l’amour elles n’y pensent plus, juste un amant qu’elles ne revoient plus, d’ailleurs c’est un acte manqué quand leur portable se met à vibrer” . Voilà qui va encore faire débat ! Un titre que l’on peut déjà écouter sur les plates-formes Internet de téléchargement, de même que le single Et puis après . Quant au reste de l’album, il est notamment écrit par Daran et Didier Barbelivien. En savoir plus Michel Sardou à Forest National, le 17 mars 2011. Réservations : 0900/00456

  • Le grand retour de M. Sardou

Sardou et DSK

  • . . Ah Michel Sardou, s'il n'existait pas, il faudrait l'inventer ! A l'occasion de ses 45 ans de carrière, le chanteur se prépare à une grande tournée en novembre et en a profité pour se livrer dans les colonnes de "Paris Match". Ses regrets, ses amours, on va tout savoir de Michel Sardou. Le chanteur de 65 ans et les femmes, c'est une histoire d'amour de longue date : "Toutes mes chansons s'adressent à elles. Je les aime profondément. J'ai le cœur tendre, demandez à Anne-Marie (sa femme depuis 1999, ndlr). Je n'aurais jamais pu vivre sans une femme. Je n'ai eu qu'un seul amour dans ma jeunesse, Babette. Sinon, il y avait comme des allées et venues." Si bien que Michel Sardou compare sa vie à celle de Dominique Strauss-Kahn : "J'ai fait beaucoup la fête dans ma vie, je n'étais pas DSK, mais je n'en étais pas loin." L'ex d'Anne Sinclair appréciera la comparaison. Mais tout, ça c'était avant, le vieux loup s'est aujourd'hui assagi. Un agneau en puissance, Michel Sardou ? "Je suis très casanier, je peux traîner chez moi en robe de chambre toute la journée. Avant de monter sur scène, je suis infernal, je me trouve trop vieux, je me dis que je n'ai plus de voix, qu'il n'y aura personne dans la salle." Et la déchéance, justement, ou la maladie, l'idée de perdre la mémoire sont les principales angoisses du chanteur, mais pas que… Michel Sardou est aussi tourmenté par sa famille, ses enfants et son père plus précisément. Son regret ? "D'avoir été un mauvais père et un mauvais fils. Comme j'étais toujours sur la route, je n'ai pas vu grandir mes gosses, je ne les ai jamais accompagnés à l'école, je n'ai jamais signé leurs cahiers. J'essaie de me rattraper ave mes petits-enfants. "Mais ce que je regrette, surtout, c'est de ne pas avoir eu de vraies conversations avec mon père. C’était un (...) Lire la suite sur CloserMag.fr Katie Holmes monte sur scène : Il n'y a rien que je trouve facile dans le fait de jouer Lily Allen : Je me sens comme Charlize Theron dans Young Adult Cœur de Pirate : maman d’une petite fille ! ... . Devenez fan de Yahoo! Actu sur Facebook et suivez-nous sur Twitter... .. . Comment trouvez-vous cette dépêche ?. . . amusante heureuse intéressante étonnante triste énervante inquiétante effrayante .. . . Articles liés. . .Michel Sardou regrette de ne pas avoir assez profité de son père et de ses enfants Anne Sinclair va « très bien » depuis qu’elle n’est plus avec DSK Anne Sinclair, radieuse pour la rentrée Anne Sinclair : "Je suis libre de mener ma vie comme je l'entends" Anne Sinclair reconnaît à demi-mot sa séparation avec DSK Anne Sinclair confirme être séparée de Dominique Strauss-Kahn DSK dans les bras d’une autre femme en une de VSD . Charlize Theron, reporter de guerre en Syrie ?Elle Jean-Luc Delarue: son père lui dit adieuGala.fr . . Ah Michel Sardou, s'il n'existait pas, il faudrait l'inventer ! A l'occasion de ses 45 ans de carrière, le chanteur se prépare à une grande tournée en novembre et en a profité pour se livrer dans les colonnes de "Paris Match". Ses regrets, ses amours, on va tout savoir de Michel Sardou. Le chanteur de 65 ans et les femmes, c'est une histoire d'amour de longue date : "Toutes mes chansons s'adressent à elles. Je les aime profondément. J'ai le cœur tendre, demandez à Anne-Marie (sa femme depuis 1999, ndlr). Je n'aurais jamais pu vivre sans une femme. Je n'ai eu qu'un seul amour dans ma jeunesse, Babette. Sinon, il y avait comme des allées et venues." Si bien que Michel Sardou compare sa vie à celle de Dominique Strauss-Kahn : "J'ai fait beaucoup la fête dans ma vie, je n'étais pas DSK, mais je n'en étais pas loin." L'ex d'Anne Sinclair appréciera la comparaison. Mais tout, ça c'était avant, le vieux loup s'est aujourd'hui assagi. Un agneau en puissance, Michel Sardou ? "Je suis très casanier, je peux traîner chez moi en robe de chambre toute la journée. Avant de monter sur scène, je suis infernal, je me trouve trop vieux, je me dis que je n'ai plus de voix, qu'il n'y aura personne dans la salle." Et la déchéance, justement, ou la maladie, l'idée de perdre la mémoire sont les principales angoisses du chanteur, mais pas que… Michel Sardou est aussi tourmenté par sa famille, ses enfants et son père plus précisément. Son regret ? "D'avoir été un mauvais père et un mauvais fils. Comme j'étais toujours sur la route, je n'ai pas vu grandir mes gosses, je ne les ai jamais accompagnés à l'école, je n'ai jamais signé leurs cahiers. J'essaie de me rattraper ave mes petits-enfants. "Mais ce que je regrette, surtout, c'est de ne pas avoir eu de vraies conversations avec mon père. C’était un (...) Lire la suite sur CloserMag.fr Katie Holmes monte sur scène : Il n'y a rien que je trouve facile dans le fait de jouer Lily Allen : Je me sens comme Charlize Theron dans Young Adult Cœur de Pirate : maman d’une petite fille ! ... . Devenez fan de Yahoo! Actu sur Facebook et suivez-nous sur Twitter... .. . Comment trouvez-vous cette dépêche ?. . . amusante heureuse intéressante étonnante triste énervante inquiétante effrayante .. . . Articles liés. . .Michel Sardou regrette de ne pas avoir assez profité de son père et de ses enfants Anne Sinclair va « très bien » depuis qu’elle n’est plus avec DSK Anne Sinclair, radieuse pour la rentrée Anne Sinclair : "Je suis libre de mener ma vie comme je l'entends" Anne Sinclair reconnaît à demi-mot sa séparation avec DSK Anne Sinclair confirme être séparée de Dominique Strauss-Kahn DSK dans les bras d’une autre femme en une de VSD

Michel aux Rock Oz´Arenes

  • Michel Sardou au Rock Oz'Arènes Et de deux! Le Festival Rock Oz’Arènes a le plaisir de vous dévoiler la seconde tête d’affiche de sa 22ème édition. Michel Sardou sera en effet sur le haut de la scène le mercredi 14 août 2013, en ouverture du Festival. Avec sa tournée intitulée «Les Grands Moments», le célèbre chanteur français promet de faire déferler sur les arènes d’Avenches tous les plus grands tubes de son répertoire. Véritable «Best Of», son concert enchaînera les chansons incontournables. De «La Maladie d’Amour» à «Je vole», en passant par «Les Lacs du Connemara» et «Le France», Michel Sardou fera un tour d’horizon complet des morceaux qui ont marqué sa longue carrière artistique. Romantique à souhait, un billet pour le concert de Michel Sardou à Avenches fera un cadeau idéal pour la Saint-Valentin. Offrez donc à votre douce moitié ce précieux sésame pour la Fête des amoureux! Les billets sont en vente dès demain au tarif préférentiel de prélocation (75 francs) sur ce lien et dans tous les points de vente Ticketcorner et FNAC.

  • Les vieux maries 23/1/13 live
  • Marseille 6 mars 2013
  • Montpellier 19-2-2013 live
  • Nicematin 14-2-2013 Video

Sardou au cinema Vimeo

simplement pour un soir 20 oct

  • Les programmes musicaux dédiés à un artiste ont la cote. Soirée anniversaire, hommage à un chanteur disparu, célébration d'un nouvel album, les chaînes exploitent le filon. La preuve à nouveau sur France 2 avec Patrick Sabatier et Michel Sardou dans Simplement pour un soir. Michel Sardou fera-t-il mieux qu'Aznavour ? Trois semaines après avoir dressé le tapis rouge pour le grand Charles, France 2 confie ce soir son antenne à l'interprète des « Lacs du Connemara ». Le nom de l'animateur change, Patrick Sabatier succède à Alessandra Sublet, mais la tendance s'affirme. Pour mettre en musique ce principe, les chaînes cherchent donc toutes les idées possibles pour créer des émissions dédiées à un artiste. Alors le prétexte peut prendre pour nom « soirée hommage », s'appuyer sur la sortie d'un nouvel album ou une envie de fêter l'anniversaire d'une carrière ou d'artistes célèbres. C'est la dernière idée « tendance » pour essayer de doper l'audience des émissions de divertissement. Celles-ci étaient globalement délaissées par le grand public. Pour y remédier, il y eut la mode des concepts reposant sur des images d'archives. Avec le temps, les téléspectateurs restaient de plus en plus souvent sur une impression de déjà-vu. On a noté aussi une importante période durant laquelle les émissions se fondaient sur la mécanique des classements. Là aussi, le filon semble usé. Portées par une volonté commune d'événementialiser leur antenne, les chaînes ont décidé de s'appuyer sur des valeurs sûres : les stars. Disparues ou pas. TF1 a pu ainsi consacrer une spéciale au regretté Gregory Lemarchal, mais, dans un autre registre, la Une a bien ri avec Laurent Gerra se permet tout. France 2 avait aussi alterné les spéciales Michel Berger et Johnny Hallyday. Mais toute recette magique comporte une faille. Un producteur de divertissement rappelle ainsi le nombre assez restreint de stars françaises capables de fédérer un large public à 20 h 50 devant son poste. Il va donc falloir que les producteurs réinventent encore et toujours le divertissement de demain. À savoir TF1 et France 2 ne sont pas les seules à concevoir des émissions spéciales autour d'un artiste. L'autre grande chaîne du service public, France 3, grâce à Daniela Lumbroso, prépare pour la fin de l'année un divertissement entièrement consacré à Céline Dion pour fêter la sortie d'un nouvel album très attendu, Sans attendre.

  • Video simplement pour un soir

adieu Michel Sardou 12 avril

  • Avant l'ultime concert de Michel Sardou, une petite musique, difficilement audible, parcourt la Seine musicale, la nouvelle salle de Boulogne-Billancourt (92). Il s'agit des chansons de Frank Sinatra. Les titres défilent et on songe que, en 1971, « The Voice » avait décidé, elle aussi, de se retirer du monde de la musique en donnant un ultime concert au Ahmanson Theatre de Los Angeles. Quarante-six ans plus tard, Sardou arrive sur scène en chantant « Salut », manière de dire au public que l'aventure touche à sa fin. À quoi pouvaient ressembler ces adieux ? Il faut dire que l'on était un peu inquiet. La tournée triomphale de neuf mois avait fatigué l'artiste. Son concert du 15 mars avait été difficile et ses ultimes représentations (initialement prévues les 23 et 24 mars derniers) avaient été reportées à cause d'une extinction de voix. Mais ce 12 avril, Sardou, costume noir et nœud papillon dénoué, était en forme. Très en forme. Une entrée maîtrisée sur « Salut » donc, puis une emballante « Java de Broadway », suivie de la poignante « Vladimir Ilitch », et voilà le chanteur de 71 ans lancé. Jouant avec le public, mi-séducteur, mi-provocateur (« je suis un homme libre et je les emmerde »), Sardou se détend alors que défilent cinquante années de tubes : « Je vais t'aimer », « Le France », « La Fille aux yeux clairs », le triptyque très réussi « En chantant »-« Les Bals populaires »-« Le Rire du sergent », « La Maladie d'amour », « Il était là », « Je vole », « Les Ricains » ou « Être une femme » (« qui m'a valu tant d'emmerdes de la part des mouvements féministes [...] qui ne comprennent rien »). Sardou arrive même à placer deux chansons de son nouvel album Le Choix du fou (« San Lorenzo », qui parle du pape, et « Le Figurant »). Le public est ravi. « Vous voyez bien qu'il faut que j'arrête » Sardou sourit, esquisse quelques pas de danse, fait lever un public varié – contrairement à l'idée reçue – sur « Afrique adieu » ou « Musulmanes ». Dans un concert ultra-classique et très bien huilé (mis à part quelques erreurs dans les paroles), on regrettera le manque de surprises pour un adieu. Certes, à la fin de « La Dernière Danse », les spectateurs ont levé des feuilles où était inscrit « Michel, on t'aime » en chantant « Je t'aime, je t'aime, je t'aime, oh oui, je t'aime » (chanson de 1971) comme un cadeau d'au revoir. Mais du côté de l'artiste, on s'en tiendra au plan. La fin du concert sera la même que celle des précédents : un rappel sur les éternels et indémodables « Lacs du Connemara » et un départ sous les acclamations (plus longues qu'à l'accoutumée). Mais même les mécaniques bien huilées peuvent quelquefois se gripper. Sardou bute sur un vers et le voilà qui rouspète : « Je me suis trompé. Je la chante depuis la nuit des temps et il a fallu que je me goure ce soir pour mes adieux... Vous voyez bien qu'il faut que j'arrête, j'ai plus ma tête. On va la recommencer », lance-t-il devant un public bien content d'avoir une double dose de ce mariage irlandais.

  • Interview Europe 1 7/2015

la seine musicale video

Le monde symphonique

les pieds dans le plat video

video repressailles 5/10/2015

video Michel-Davy

      Michel sur Platine magazine

      nieuwe verzamel cd

      • op 14 september 2009 verschijnt bij de Fnac een nieuwe compilatie cd.

      interview video rtl 10 mei2010

      MS et les courses juin 2011

      • Michel Sardou et les courses 23/06/2011 12:00 .. Rencontré mardi soir à Vincennes à l'issue de la course de sa pouliche Tempête de Blary, Michel Sardou, accompagné de Claude-Pierre Bloch, s'est montré assez satisfait de la performance de la fille d' Insert Gédé : "Je la croyais capable de se classer plus près. Néanmoins, comme vous l'avez remarqué, elle s'est retrouvée longtemps enfermée. Et puis, elle a peu couru cette année. Elle va s'améliorer au fil de ses sorties." Véritable passionné et particulièrement attentif aux déclarations de son entraîneur Tony Le Beller, le célèbre chanteur semble miser sur l'avenir : "J'ai pris l'option de jouer la carte jeune avec les chevaux. Je préfère les voir évoluer. J'espère que Tempête de Blary réalisera une bonne carrière. Ensuite, il est fort possible que je me laisse tenter par l'élevage avec elle. J'ai également un "U", Ulpiano pour le citer, également entraîné par Tony et sur lequel nous fondons pas mal d'espoirs." Visiblement bien armé avec Tempête de Blary, appelée à connaître les joies du succès rapidement, et Ulpiano, lui-aussi assurément perfectible, et avec également quelques galopeurs, Michel Sardou devrait être de plus en plus présent sur les hippodromes au cours des prochains mois. Elle court, elle court, la maladie de... voir briller ses couleurs

      29 juin a Jounieh Liban

      • Michel Sardou et ses « Grands moments », le 29 juin, à Jounieh Partager 12/02/2013 Concert Francophones, francophiles et autres fans de « la chanson », une date à retenir, le samedi 29 juin, Michel Sardou reprend, au stade Fouad Chehab, les plus grands succès de sa tournée dans le cadre du Festival international de Jounieh, en collaboration avec Star System et 2u2c*. Il est l’un des chanteurs français les plus populaires, avec environ 350 chansons à son répertoire et près de 90 millions de disques vendus! Il est aussi un «jeune acteur», comme il se désigne lui-même, ayant débuté au théâtre en 1996. Pour le côté artistique, Michel Sardou a de qui tenir, il est en effet issu d’une famille d’artistes depuis plusieurs générations: son grand-père Valentin, comique «excentrique»; sa grand-mère Bagatelle, danseuse; son père Fernand, comédien, et sa mère Jackie, comédienne. Ce Verseau est né le 26 janvier 1947. À seize ans, il décide d’arrêter ses études pour travailler. Cela se passe peu après une fugue où il comptait rejoindre le Brésil pour y monter un établissement de strip-tease... Cette anecdote est riche en informations sur le caractère de l’homme: volontaire et aventurier. Il trouve sa voie très tôt, vers 17-18 ans, puisqu’il commence à chanter, à composer même, avec un certain Michel Fugain... La suite, c’est le succès, après sa rencontre en 65 avec le découvreur Eddie Barclay. En 1976, Sardou connaît une période difficile. D’abord, la disparition de son père, puis certaines de ses chansons provoquent et choquent une partie de l’opinion publique. Elles sont jugées machos et même fachos par certains: J’accuse, Les Villes de solitude (dont les paroles «J’ai envie de violer des femmes» a fait crier au scandale les féministes) et surtout Je suis pour (qui exposait la loi du talion si l’on touche à un enfant) qui est mal comprise et, pour certains, transforme Sardou en un fanatique de la guillotine... Mais par la suite, les succès s’enchaînent sans discontinuer; parmi les plus connues: La Java de Broadway (1977), En chantant (1978), Être une femme (1981), Les Lacs du Connemara (1981), L’an Mil (1983), Les Yeux d’un animal (1983), Rouge (1984), Chanteur de jazz (1985), Musulmanes (1987), La Même eau qui coule (1988), Marie-Jeanne (1990), Le Bac G (1992), Salut (1997), La Rivière de notre enfance (2004). Ses plus grands succès parleront souvent d’amour, Et mourir de plaisir en 1970, La Maladie d’amour en 1975 ou Je vais t’aimer; de faits de société, La France en 1976, Afrique Adieu en 1982, Vladimir Ilitch en 1983, Musulmanes en 1987; de joie, de fêtes avec humour, En chantant en 1978, Je vole en 1980, Être une femme; ou mélancoliques, Les Vieux mariés en 1980 et Les Lacs du Connemara en 1981. Dans les années 1990, Michel Sardou se fait plus discret sur la scène et sur les ondes. En 2004, il signe un contrat avec la major du disque Universal Music et sort un nouvel album intitulé Du plaisir. Il est suivi en 2006 de Hors format. Il comprend 23 chansons et un duo avec Chimène Badi. Hors format a atteint les 400 000 exemplaires vendus. Côté théâtre, il est « mis » sur scène à l’âge de deux ans d’une manière prophétique, mais il faut attendre les années 2000 pour le voir entamer une vraie (seconde) carrière de comédien. 2010 signe le grand retour de Michel Sardou. Il sort en août de la même année l’album Être une femme (2010) sur le label Mercury sur lequel Céline Dion participe avec le titre Voler. Cet opus est suivi d’une tournée nationale d’envergure. Sardou retourne après à sa passion des chevaux, passion transmise par Alain Delon au début des années 80. En 2011, il se sépare de son producteur Jean-Claude Camus, après que Johnny Hallyday ait fait de même. Gilbert Coullier devient son producteur, et l’idée d’une tournée des «Grands moments» est lancée. Cette tournée a débuté le 30 novembre 2012 au Havre, passe par Bercy à Paris en décembre et continuera en province, en Belgique, en Suisse et au Québec au premier trimestre 2013! L’escale beyrouthine se fera donc le 29 juin 2013, juste après une série de cinq concerts à l’Olympia de Paris, du 7 au 12 juin.

      • Interview MTV Liban 17/6/13

      MS annonce de grands moments

      • Le 1 novembre 2011 Michel Sardou annonce de grands moments Michel Sardou retrouvera la scène à partir du 30 novembre 2012 pour partager “les grands moments” de sa carrière avec son public, puisque c’est ainsi que va s’intituler sa prochaine tournée. Une quarantaine de dates sont d’ores et déjà programmées, dont le Zénith de Saint-Etienne le jeudi 20 décembre 2012 et la Halle Tony Garnier de Lyon le mercredi 20 février 2013. Le chanteur a annoncé que, parmi les 25 grands succès qu’il interprètera durant cette tournée, figureront ”Musulmanes”, “Io Domenico”, “La maladie d’amour”, “En chantant”, “La java de Broadway”, “Le France”, “10 ans plus tôt”, “Je veux l’épouser pour un soir”, “Je viens du sud” et “Mourir de plaisir”.

      Jacques Revaux

      Roger Loubet

      Slim Pezin

      Trema disques

      Michel et Anne Marie

      Pierre Delanoe

      diffusion C8 derniere danse

      studio Haut de Gammes 2017

      interview TF1 (2017)

      • Michel Sardou, sa révérence après 50 ans de carrière Cela fait 50 ans que Michel Sardou fait partie de notre patrimoine musical national. A 70 ans, à l’orée d’une tournée qu’il présente comme sa dernière, il se confie dans le portrait de la semaine. Son obsession de la salle vide qui ne l’a jamais quittée, son goût pour les sujets polémiques, sa voix, qu’il doit ménager, son rapport avec son public…et sa peur de ne plus se renouveler. Un portait intime et émouvant.

      • Video TF1

      interview 2 juli RTL france

      • Yves Calvi recevait lundi Michel Sardou, auteur, compositeur et interprète. Michel Sardou entame une nouvelle tournée le 30 novembre et ce jusqu'au printemps 2013 intitulée les Grands moments. Et à partir du 12 décembre il sera notamment à Paris Bercy. RTL est partenaire du spectacle. Un livre et un best of sortent en octobre… Bref c'est une rentrée Michel Sardou ! Ce matin sur RTL Michel Sardou qui parle peu et se fait très rare dans les médias vient nous décrire pour la première fois en longueur de sa grande tournée. Mais c'est aussi l'occasion de revenir sur sa longue carrière (plus de 40 ans), son amitié avec Johnny Hallyday, sa vision de la mort et son point de vue de la société d'aujourd'hui

      • Allons danser videoclip
      • Cheyenne productions
      • Making off clip Allons danser
      • RTL 7 juillet nouvel album
      • Tempokids chante Allons danser

      une femme a sa coté

      • Dans une interview au Point, Michel Sardou explique pourquoi il n'aurait jamais envisagé sa vie sans une femme à ses côtés... Représailles. C'est le titre de la nouvelle pièce dans laquelle s'illustre en cette rentrée Michel Sardou au côté de Marie-Anne Chazel au théâtre de la Michodière, à Paris. Une pièce dans laquelle le chanteur français de 68 ans campe un mari qui trompe sa femme et qui est pris la main dans le pot de confiture... Un rôle de composition ? "Je ne suis ni menteur, ni radin, ni faux-cul !", se défend Michel Sardou, interrogé dans les colonnes du Point, en kiosque ce jeudi. S'il concède toutefois avoir déjà menti à une femme ("Oh, que oui !"), le chanteur-comédien prétend "ne pas bien s'en souvenir". "Je suis autonettoyant : j'oublie tout très vite", s'amuse-t-il. S'il y a bien une chose qu'il reconnait volontiers, c'est l'importance d'une femme dans sa vie. Marié trois fois, Michel Sardou vit aujourd'hui avec Anne-Marie Périer, l'ancienne rédactrice en chef du magazine Elle, qu'il a épousée en 1999. "Je n'ai jamais envisagé une vie de célibataire, je serais devenu aigri. Je me suis marié jeune", confie-t-il, avouant qu'une femme est, pour lui, "un aiguillon". Et l'interprète de Je vole de souligner : "Elle vous stimule, elle vous redonne le moral. Pour moi, qui suis paresseux de nature, c'est vital". Quant à ceux qui lui reprochent d'être macho, Michel Sardou leur répond que... "c'est à cause de (sa) voix". "J'ai une très grosse voix. J'étais presque ténor. Ca impressionne, ça donne une image de puissance", affirme-t-il.

      • Article Le Matin(ch)
      • Article l'union presse
      • Artikel in de krant van Caen
      • Artikel over concert in Zenith
      • Diaporama tournée 2007
      • Forest national 16/17 nov
      • Foto's concert Caen 17/05/07
      • Foto's concert Forest & Zénith
      • Foto's van concerten Zénith
      • Foto's van de tournée 2007
      • Geneve 1
      • Geneve 2

      Les Sardou

      Ms et C. Dion au centre Bell

      • Céline Dion remplacée par Delphine Elbé avec Michel Sardou au Centre Bell Publié le 29 mars 2013 par Raymond Viger Michel Sardou et son équipe font un malheur au Centre Bell Michel Sardou sans entracte Une Française, Delphine Elbé remplace, au Québec, Céline Dion dans un duo avec Michel Sardou! Une seule représentation pour un spectacle qui en aurait mérite plus! Raymond Viger Dossier Spectacle, Culture Jeudi le 28 mars, Michel Sardou présente au Centre Bell une seule représentation d’un spectacle qui en aurait mérité plusieurs. Un Centre Bell rempli à pleine capacité, Danielle et moi profitons du début des vacances de Pâques pour assister au spectacle de Michel Sardou. À quelques bancs de Mario Pelchat, nous avons d’excellents billets. C’est la 4e fois que Danielle et moi assistons à des spectacles au Centre Bell. À 2 reprises pour Disney on Ice ainsi qu’au spectacle de Grégory Charles, nous avons toujours été déçu de notre positionnement. Si je l’avais été encore une fois, j’aurais boycoté le Centre Bell pour tous les autres spectacles et ce, pour les prochaines 4 ou 5 décennies (je ne suis pas vraiment rancunier!). Les musiciens et les choristes de Michel Sardou L’équipe de musiciens et de choristes de Michel Sardou a cassé la baraque… ou plutôt le Centre Bell. Deux heures dix minutes de spectacle continu. Sans aucun entracte. Habituellement, une salle de spectacle loue plus cher ses équipements quand il n’y a pas d’entracte. Parce que les entractes, ce sont des bières, des boissons gazeuses et autres. Et au prix que c’est vendu au Centre Bell, c’est payant!!! Pour compenser ces pertes de revenus, le producteur doit donc payer plus cher sa salle. Je ne sais pas combien peut coûter le surplus du Centre Bell pour faire sauter l’entracte? Dans ce spectacle, Michel Sardou met à rude épreuve ses cinq choristes. Elles dansent, font toutes sortes d’excellentes chorégraphies pour accompagner la musique, tout en faisant les back vocal pour Michel Sardou. De Céline Dion à Delphine Elbé Et que dire de Delphine Elbé qui est venue prendre une place aux côtés de Michel Sardou pour interpréter, le duo que Céline Dion avait déjà fait. Il faut tout de même le faire. Imaginer remplacer Céline Dion au Québec pour un duo avec Michel Sardou! Ça et un suicide professionnel ça pourrait être la même chose. Delphine Elbé ne connaissait peut-être pas tous les risques que cela pouvaient représenter. Delphine Elbé s’est très bien tirée d’affaire et tout le monde a bien apprécié cette prestation. Quelques petits bémols malgré tout pour le spectacle de Michel Sardou. Une musique un peu trop forte qui enterrait à l’occasion la voix de Michel Sardou. Trop d’effets lumineux qui donnaient l’impression que le King, Elvis Presley, allait faire un retour sur scène. L’aigle noir, Comme d’habitude Le spectacle de Michel Sardou m’a permis d’apprendre que le chanson L’aigle noir que Marie-Carmen a chanté au Québec en 1992 et reprise par Michel Sardou en 2005 était une chanson de Barbara datant de 1968. J’ai aussi appris que la chanson My way de Frank Sinatra était la version anglophone de la chanson écrite par Claude François Comme d’habitude qu’interprête Michel Sardou. J’ai trouvé très comique de voir la sécurité pour les dernières chansons d’inviter le public à se lever et d’aller se placer devant la scène. Ils ont dû insister et s’y prendre à plusieurs reprises. Le public n’était pas vraiment intéressé. Très beau montage pour les photos pour les publicités! Un spectacle qui valait le déplacement et… le prix du billet! PS. J’ai trouvé des informations supplémentaires sur Delphine Elbé. D’une part, elle connait Céline Dion ayant participé à son disque Elles. Elle a aussi participé à celui d’Isabelle Boulay.

      • Diaporama met audio zenith2007
      • Eerste beelden Zenith 2007
      • Une live Exeptionel de Sardou
      • Virgin mega Mp3 luisteren

      Derniere minute

      les maladies d´amour de Sardou

      sardou et le monde hippique

      • Michel Sardou, passionné de courses hippiques depuis toujours, a décidé de se lancer une nouvelle fois dans le business des chevaux de compétition avec l'aide de plusieurs amis et conseillers. Le Parisien, dans son édition du vendredi 4 février, révèle que le chanteur qui soufflait ses 64 bougies la semaine dernière a recommencé ses investissements financiers dans les chevaux de course. Trotteurs et galopeurs font notamment partie de ses priorités. Pour régir ses achats et le conseiller, il a fait appel à un ami, Mathias Moncorgé, le fils du grand Jean Gabin . A l'image d'Ulpiano, qui a couru sa première course de trot sous la tutelle de Sardou, lundi 31 janvier dernier à Nantes. Le chanteur était dans les tribunes pour assister aux premiers pas en compétition de son protégé entraîné par Tony Le Beller. Le succès a failli être au rendez-vous mais le fils de Néoh Jiel s'est perdu dans ses allures dans la ligne droite finale alors qu'il semblait en mesure de l'emporter. La prochaine fois ? En duo avec Moncorgé, ce dernier est chargé de dénicher des trotteurs et poulinières qui pourraient représenter de bons investissement pour Sardou. Toujours selon Le Parisien, Alain Brandebourger, ami d'enfance de Mathias Moncorgé, a été recruté par l'interprète de La Maladie d'Amour pour sélectionner de bons galopeurs. Michel Sardou, dont le dernier album Être une femme 2010 est paru en août dernier, est d'ores et déjà propriétaire de trois poulinières, parmi lesquelles une soeur de la très réputée Princesse d'Anjou. Il avait déjà tenté sa chance dans ce juteux business il y a plusieurs décennies : il était alors l'associé d'un certain... Alain Delon ! A l'époque, ils avaient misé sur Equileo, et remportaient le Championnat du monde aux Etats-Unis. Le monde hippique devra désormais compter sur Michel Sardou, qu'on imagine motivé par la passion plus que par l'appât du gain.

      • Le monde hippique

      interview Paris match sept2012

      • Paris Match. Vous m’avez dit un jour : “J’aime bien violer les spectateurs…” Michel Sardou. Je retire ce mot “violer”. Les gens aiment ce qu’ils connaissent déjà. On a décidé de moderniser tous ces succès avec les sons dont on se sert aujourd’hui, mais sans les transformer. A part “Les Ricains”, que j’ai fait un peu country, peut-être que grâce à ça on va arrêter une fois pour toutes de me traiter de facho ! En France, les étiquettes vous collent au cul jusqu’au cimetière. En ce qui me concerne, d’ailleurs, ce n’est pas une étiquette, c’est un tatouage. Je crois même qu’après ma mort on en parlera encore. [Rires.] Depuis quarante-cinq ans, vous enchaînez les tubes. Que faites-vous de votre argent ? J’ai toujours vécu au-dessus de mes moyens, mon banquier est d’ailleurs beaucoup plus inquiet que moi pour mon avenir. Je suis co-entrepreneur de mon spectacle avec Gilbert Coullier. Je ne prends jamais d’avance, mais j’ai 80 % de la recette. Je ne me plains pas. Quant à payer 75 % d’impôts, je suis du même avis que Catherine Deneuve, je trouve ça un peu excessif. Ce n’est pas ça qui va sauver l’économie. Vous connaissez beaucoup d’artistes qui gagnent plus de 1 million d’euros par an ? Vous dites souvent que ce métier est un métier de veaux, qu’il n’y a que des menteurs. Le pensez-vous vraiment ? J’adore mon métier, mais je n’aime pas ce métier. Ce n’est pas tout à fait pareil. Quel est le plus grand malentendu à votre sujet ? Tout ! Je ne suis qu’un malentendu. On dit que je fais toujours la gueule, que j’ai l’air triste. Je ne suis pas triste, mais je déteste qu’on me prenne en photo car je ne m’aime pas. Je ne suis pas un menhir derrière un micro, j’adore rire, m’amuser, mais je suis un solitaire. Je suis commandant de bord, ce n’est pas un hasard. J’aime être aux commandes d’un avion comme j’aime être aux commandes de ma vie. Je veux simplement qu’on me fiche la paix. Au fond, je suis un homme moitié en smoking, moitié en pyjama ! J’ai beaucoup fait la fête dans ma vie, je n’étais pas DSK, mais je n’en étais pas loin. [Rires.] Aujourd’hui, je suis très casanier, je peux traîner chez moi en robe de chambre toute la journée. Avant de monter sur scène, je suis infernal, je me trouve vieux, je me dis que je n’ai plus de voix, qu’il n’y aura personne dans la salle. Anne-Marie a une patience d’ange avec moi car, quand deux heures plus tard le rideau s’ouvre, la magie de la scène opère et je deviens Spartacus ! Le jour où cette magie n’opérera plus, j’arrêterai tout. Qu’est-ce qui vous révolte ? L’injustice, la misère. Quand Coluche a créé les Restos du cœur, j’ai été un des premiers à le suivre, mais à l’époque je n’aurais jamais pu imaginer qu’il y aurait de plus en plus de monde. Si François Hollande vous invite à l’Elysée, y allez-vous ? Bien sûr. Pourquoi n’irais-je pas ? Bedos, pour qui j’ai une tendresse folle, a dit de moi : “Le problème de Sardou, c’est qu’il chante juste mais qu’il pense faux !” Pour qui avez-vous voté ? Ni pour l’un ni pour l’autre. J’ai voté blanc. Je suis en paix avec ma conscience. Si j’étais né à Longwy, fils de mineur, je serais communiste. La vérité, c’est que vous êtes un vrai bourgeois ! J’assume. Je n’ai profité de la faiblesse de personne pour m’enrichir, je n’ai fait que mon métier. Un de mes amis, dont je tairai le nom et qui a un poste très important aujourd’hui, m’a raconté que, quand il était jeune, il était trotskiste et que ça ne l’avait jamais empêché de chanter mes chansons ! A propos, il vous fait toujours la tronche, Sarko ? Je ne sais pas, car je n’ai plus eu de ses nouvelles. Cela dit, je culpabilise un peu, j’espère qu’il ne pense pas qu’il a perdu à cause de moi ! [Rires.] Finalement, quel a été le fil rouge de votre vie ? Ma carrière. Quarante-cinq ans de carrière, c’est long. Très long. Le plus dur, c’est de se faire connaître. Après il faut durer et, pour ça, il faut beaucoup d’imagination. Les acteurs ou les chanteurs qui font des procès aux magazines, ça me fait doucement rire, alors qu’ils se seraient vendus au début pour avoir leur tête sur un timbre-poste. Si cela ne leur plaît pas, il ne fallait pas choisir ce métier. Quelle est votre plus grande réussite ? Mon mariage avec Anne-Marie. Treize ans déjà ! Vous connaissez beaucoup de femmes qui vous réveillent en pleine nuit pour vous dire : “Je t’entends penser, qu’est-ce qui ne va pas ?” Anne-Marie est une femme magnifique, elle a un humour fou et une patience à toute épreuve. J’aime tout ce qu’elle est. J’aime ses rides, sa beauté, son allure. On a attendu trente-quatre ans pour se marier. Après nos premières amours, elle a toujours été en sourdine dans mon cœur et dans ma tête. J’ai toujours été amoureux d’elle. Qu’est-ce que vous regrettez le plus dans votre existence ? D’avoir été un mauvais père et un mauvais fils. Comme j’étais toujours sur la route, je n’ai pas vu grandir mes gosses, je ne les ai jamais accompagnés à l’école, je n’ai jamais signé leurs cahiers. J’essaie de me rattraper avec mes petits-enfants. Mais ce que je regrette, surtout, c’est de ne pas avoir eu de vraies conversations avec mon père. C’était un homme très réservé. Je suis sûr qu’il attendait que je vienne vers lui et je n’y suis pas allé. J’y pense tout le temps. Je suis un connard, je me dis que j’aurais pu faire le premier pas, lui demander un conseil, je ne l’ai jamais fait. L’amour était là, mais on ne se parlait pas. Quant à ma mère, elle ne se mêlait pas de ça. Qu’est-ce qui vous angoisse ? La déchéance, la maladie, l’idée de perdre la mémoire. On n’a pas choisi d’être sur cette terre, l’extrême liberté est d’avoir le droit de choisir comment on veut en partir, et de partir dignement. Je voudrais mourir debout. Vous êtes aujourd’hui propriétaire de chevaux. Est-ce qu’ils vous excitent autant que les femmes en d’autres temps ? [Rires.] Ne me demandez surtout pas de choisir ! Ma passion des chevaux ne date pas d’hier. Il y a vingt-cinq ans, avec Delon on avait des trotteurs et ça marchait même plutôt bien. A propos de Delon, vous le voyez toujours ? De temps en temps. Le jour de mon mariage, il m’a envoyé un mot : “Tu as eu raison de choisir Anne-Marie, j’aurais pu l’épouser moi-même !” Revenons-en aux femmes… Toutes mes chansons s’adressent à elles. Je les aime profondément. J’ai le cœur tendre, demandez à Anne-Marie. Je n’aurais jamais pu vivre sans une femme. Je n’ai eu qu’un seul amour dans ma jeunesse, Babette. Sinon il y avait, comme on dit, des allées et venues. Dans mes textes, je reconnais que j’ai tendu le bâton pour me faire battre, du coup j’ai eu quelques phrases malheureuses qu’on me fait encore payer. On me taxait de chanteur de droite dans un milieu où tout le monde était de gauche, j’ai joué là-dessus, il fallait bien que je fasse mon trou. Votre prochaine tournée s’appelle “Les grands moments”. Racontez-moi un de vos derniers grands moments. Louis, le fils de Gersende et Francis Perrin, qui sont des amis très chers, est autiste et a l’oreille absolue. A mon dernier spectacle à l’Olympia, il est venu me voir dans ma loge après le spectacle. Il m’a dit : “Tu chantes juste, Michel Sardou !” Je n’ai pas pu retenir mes larmes. « En chantant », par Richard Melloul, éd. Flammarion, sortie le 3 octobre. En tournée du 30 novembre à fin mars 2013. En concert les 12, 13, et 14 décembre à Bercy.

      interview europe 1 17/12/14


      Merci a Michel Sardou et toute l'quipe pour 50 ans carriere